Dur de faire le vide ? Fais donc le plein !

A ceux qui me demandent comment s’y prendre pour méditer et à moi-même qui suis encore loin d’être une méditante expérimentée, voici un petit conseil.

Ce que j’entends – et expérimente – le plus régulièrement c’est « je n’arrive pas à faire le vide ».

Ce à quoi j’ai envie de répondre ce soir : c’est normal. Et tu sais pourquoi ?

Car on ne t’a jamais appris à faire le vide. On t’a appris à faire le plein.

On remplit nos têtes depuis que l’on est tout petits, on remplit nos agendas, nos garde-robes, nos CV, nos frigos, nos ventres, nos comptes en banques, nos placards, nos greniers… On développe sans s’en rendre compte une incapacité au vide – voire une peur panique – que les smarphones comblent fabuleusement de nos jours. Au moindre mini espace vide, moment creux dans nos journées, hop, on l’attrape machinalement. C’est notre meilleur allié anti-vide.

Alors, comme nous sommes nombreux à avoir une indisposition avec le vide, moi j’ai envie de te proposer de faire comme moi.

Lorsque tu médites, n’essaye pas de faire le vide, mais plutôt de faire le plein.

?

Oui, oui, le plein.

De toute façon, essayer volontairement de faire le vide, c’est impossible. Au moment même où l’on se dit « ne pense à rien », notre cerveau inconscient entend « pense » et s’active. Comme si je te dis « ne pense pas à un éléphant bleu » paf, l’éléphant est déjà en train de gambader dans ton cerveau n’est-ce-pas ?

Alors, change de focus, n’essaye plus de faire le vide de pensées. Fais juste le plein de moment présent.

Car la méditation c’est cela aussi : un merveilleux outil de pleine conscience. Et la pleine conscience, ce truc qui devient à la mode, c’est quoi ? Et bien, tout simplement, réapprendre à être pleinement conscient de la seule chose qui existe et compte réellement : l’instant présent. Celui-là. Ici. Maintenant.

Alors, que se passe-t-il en cet instant ?

Amplifie ta conscience de ce qui est, là, maintenant, en passant cet instant au crible de tes 5 sens. Un par un. Fais le plein de sons, de sensations, d’images, d’odeurs … expérimente pleinement ce qui est, là.

Porte ton attention sur ton ouïe. Le bruit de fond auquel tu n’avais même pas prêté attention. L’oiseau qui chante au loin. L’éternuement je ne sais où. Le bruissement des arbres. Le son de ta propre respiration.

Porte ton attention sur ton toucher. Si, si, même assis en tailleur, immobile, ça marche. Je te parle du poids de tes vêtements sur ta peau. Du vent qui effleure ton avant-bras. De ressentir le soleil sur ton épaule gauche, mais pas sur la droite car elle est à l’ombre (l’avais-tu-même remarqué ?). De ton poids sur le sol. Du contact de tes mains sur tes genoux.

Porte ton attention sur ton goût. Que se passe-t-il dans ta bouche en ce moment-même ? Le sais-tu ? Y as-tu déjà prêté attention ? Concentre-toi sur la chaleur, la moiteur, l’humidité, le goût …

Porte ton attention sur ta vue. Les yeux fermés, tu me diras ? Oui, car derrière nos paupières closes se passent une multitude de choses. Observe les lueurs, les couleurs, les ombres qui se faufilent et se laissent voir si tu regardes réellement. Fais-le les yeux ouverts également, observe vraiment ce qu’il se passe autour de toi. Focalise-toi sur les détails.

Et enfin porte ton attention sur ton odorat. L’odeur du café au loin. La fraîcheur de l’atmosphère. L’absence ou la présence d’odeurs dans ton environnement proche ou lointain.

Alors, souviens-toi en. N’essaye plus de faire le vide, fais le plein.

Mais attention, c’est un truc, un changement de façon de voir les choses qui t’aidera peut-être comme il m’aide moi, mais ce n’est pas facile pour autant.

Pourquoi ? Car on ne nous a jamais appris à être pleinement dans le présent. Alors tu vas te disperser, ton mental fera tout ce qu’il peut pour t’en empêcher.

Oui, oui, ton attention va se déporter sur autre chose. Des pensées vont apparaître, t’assaillir. Ce n’est pas grave. C’est normal. La méditation, c’est petit à petit reprendre le contrôle du mental. Alors, quand tu prends conscience que tu t’es laissé embarqué ailleurs, et bien au lieu de t’en vouloir, félicite-toi de le remarquer et laisse filer la pensée. Recentre-toi sur le sens que tu investiguais.

A chaque fois, tu arriveras à te concentrer plus longuement tu verras.

Ça n’engage que moi, c’est une de mes manières de méditer. J’en ai d’autres et il y a d’autres techniques. Et autant d’expériences de méditation que d’êtres humains et c’est ça qui est formidable. N’hésite pas à me partager les tiennes …

2017-09-13T10:56:34+00:00 - août 2017 -|Tags: , |