Ultime message avant grand saut

Demain, à l’aube, c’est le grand saut.

Je laisse la plage pour la forêt. La chaleur pour la fraîcheur. La connexion internet pour la connexion à moi-même. 11 jours en forêt dont 4 en isolement, jeûne & silence total, à méditer, être et dormir à même le sol, à l’ombre d’un arbre que la chamane choisira pour m’accompagner dans ce rituel chamanique millénaire qu’est la quête de vision. Expérience difficile de dénuement maximal pour un profond retour à soi et à l’essentiel. Pour une fusion avec la nature et les grandes puissances universelles.

J’ai préparé ce qui m’était demandé. Les offrandes, les intentions, les sacs de prières, etc. Mais je n’ai rien imaginé, projeté. Je n’attends rien car je sais le piège immense que trop d’attentes représentent. Mais je suis prête à recevoir tout ce qui se présentera à moi dans l’instant.

Je me réjouis de cette coupure. C’est d’ailleurs de mon plein gré que je m’impose les 11 jours sans réseau alors que seuls les 4 jours de quête pure l’exigent.

Je me réjouis de ce silence. De ce retour à la nature. A l’autre. A moi. De ces cérémonies de purification, d’intention et de cette quête qui peut sembler extrême, mais qui m’apparaît comme une évidence aujourd’hui sur ce chemin qui est le mien.

Et Dieu sait que j’en ai besoin, dans une période de turbulences dans ma vie actuellement. Saines et nécessaires les turbulences mais néanmoins chahutantes même si je les adresse avec un tout autre regard que celui que je leur aurai porté il y a encore 2 ans.

Hier, à la fin d’une cérémonie de pleine lune sur la plage, un paquet de cartes d’oracles circule. Je cherche en moi-même une question à poser, la formule mais au moment de tirer la carte, j’en entends une autre dans ma tête.

« Quelle est la voie ? » Et je tire « L’avarice ».

Je suis surprise puis découvre le sens symbolique de la carte.

« Dès l’instant où vous commencez à vous accrochez aux choses, vous manquez la cible … Dès que vous vous accrochez aux choses, vous vous décentrez. Ce ne sont pas les biens matériels qui vous amènent à votre but essentiel. Le but de la vie, c’est vous, votre entité. Il ne s’agit pas d’avoir une belle maison, mais une belle âme. De même qu’il n’est pas question de fortune, mais de richesse intérieure. Ce qui importe n’est pas l’accumulation mais le cœur ouvert, conscient et disponible à tout ce qui existe.

Symbolique : cette carte nous invite à regarder ce à quoi nous nous attachons et ce que nous estimons tellement précieux qu’il faille le protéger par une forteresse. Ce n’est pas nécessairement un énorme compte en banque ou un coffret plein de bijoux, ce peut être quelque chose d’aussi simple que l’habitude de fuir face à un moment d’amitié ou de ne pas prendre le risque d’exprimer notre amour à quelqu’un.

Comme un puits bien scellé qui devient stagnant de ne pas être utilisé, nos richesses se ternissent et se dévalorisent si nous refusons de les partager. Quoi que ce soit auquel vous vous accrochez, souvenez-vous que vous ne pouvez pas l’emporter avec vous.

Desserrez votre poigne et sentez la liberté et l’expansion que le partage peut procurer. »

Le sens symbolique de cette carte m’a énormément parlé, à moi qui ne possède quasiment rien et suis désormais je crois au-delà du matériel. Par contre oui, il y a certaines choses que j’ai érigé en forteresse autour de moi-même et qu’il est temps de laisser filer ou de partager.

Je les abandonne à ma vingtaine, je n’ai plus besoin de toute cette forteresse. C’est décidé, je la laisse dans la forêt et je reviendrai prête à sauter à pieds joints dans la trentaine, 3 jours après.

On se retrouve en mai sûrement petite communauté !
D’ici là, soyez vrais, soyez heureux et portez-vous bien !

2017-09-04T13:15:29+00:00 - avril 2017 -|Tags: , |